Pas de vacances d’été sans magazines

Print

En été, les annonceurs dépensent près d’un tiers de budget média en moins. Est-ce justifié ? Pas moins de 63 % des Belges (soit quelque 7,4 millions) partent en vacances en été. Comment les toucher au mieux ? En été, nous nous servons le plus des médias ‘transportables’ (smartphone et magazines). Les vacanciers font notamment beaucoup moins appel aux sites Web, applis et autres médias sociaux, comme le révèle une étude de Sanoma. Il ressort que les magazines sont le seul média à être utilisé bien plus fréquemment en vacances.

Sanoma Pays-Bas s’est associé à No Ties pour réaliser une étude sur le comportement des vacanciers en été et propose 3 tuyaux pour qui veut faire de la publicité à la belle saison. Des tuyaux dont il serait bon de tenir compte chez nous aussi.

1er tuyau. Orientez-vous sur les médias ‘transportables’, car ceux-ci font aussi le voyage

Interrogés sur la mesure à laquelle les médias de chez soi sont consultés en vacances, les répondants déclarent que les médias que l’on peut facilement transporter sur soi, comme le smartphone (92 %) et les magazines (58 %), ont leur préférence. L’utilisation média chute fortement pendant les vacances : 56 % indiquent qu’ils utilisent moins les sites Web et les applis et qu’ils consacrent aussi beaucoup moins de temps aux réseaux sociaux : 55 % des vacanciers déclarent beaucoup moins s’occuper des médias sociaux pendant leurs vacances.

La lecture magazine équivaut à un moment de bonheur

Les magazines sont le seul média utilisé (bien) davantage en vacances, surtout par les femmes de 30 à 49 ans : 66 % déclare lire plus souvent des magazines en vacances. C’est principalement dû au fait que les magazines sont faciles à emporter et que le contenu ‘digeste’ d’un périodique se prête bien à l’ambiance farniente des vacances. La lecture d’un magazine en bord de piscine est même vécue comme un moment de bonheur par 51 % des femmes.

Même si nous consacrons moins de temps à Internet, nous sommes toujours curieux, en vacances, de savoir ce qui se passe au bercail. 61 % des vacanciers à l’étranger se tiennent au courant de l’actualité via des sites Web/applis, tandis que 41 % est informé via les médias sociaux.

2e tuyau. Profitez d’une audience plus élevée

Pour ce qui est des magazines, on constate que tous les vacanciers en achètent plus, quel que soit l’endroit où, ou la façon à laquelle,  ils passent leurs vacances : 43 % achète ses magazines avant ou pendant des vacances en voiture, 18 % achète des titres supplémentaires tout en restant chez soi et 25 % les achète à l’aéroport. En été, la vente au numéro grimpe dès lors facilement à 30 %.

3e tuyau. Le bon contenu dans le bon contexte

Les vacanciers couchés au bord de la piscine en Espagne ne cliqueront sans doute pas en masse vers un webshop pour y passer une commande. Pour vraiment parvenir à toucher un consommateur entre les oreilles avec un message commercial, l’été n’est pas du tout un moment insensé. 73 % des répondants déclarent qu’ils décompressent (entièrement) en vacances et consomment leurs médias avec beaucoup plus d’attention.

Les annonces aussi reçoivent plus d’attention

Plus de la moitié des vacanciers lisent les magazines avec plus d’attention et de façon plus intensive que dans la vie de tous les jours et 20 % d’entre eux indiquent même qu’en vacances ils lisent les publicités de façon plus attentive que chez eux. C’est donc le moment idéal pour une campagne de marque de planter une graine avec son message de campagne et d’en récolter les fruits une fois que le vacancier sera rentré au pays.

Source : article sur Magazine Media